Cher président Poutine

Monsieur le président, l’Évangile de ce jour du 11 mars 2022  nous parlait de guerre et de conflits. Je trouve que cela tombe plutôt bien en pleine guerre en Ukraine.  Je sais bien que vous appelez cela « opération spéciale », mais si c’est une opération spéciale on se demande bien ce qu’est à vos yeux une vraie guerre… bref.  

D’autant que les choses ne se passent pas comme vous l’aviez espéré. Les théories de guerre-éclair des années 80 ont du plomb dans l’aile et des analystes militaires occidentaux estiment qu’avec l’embourbement les armes de guérilla high-tech dont disposent les résistants ukrainiens pourraient bien détruire ce qu’il vous reste de chars engagés dans cette aventure surréaliste et bien hasardeuse.

Ces combattants Ukrainiens prêts à mourir pour leur pays manifestent un courage dont l’UE n’a pas été le témoin depuis bien longtemps et je me demande s’ils vous donnent l’impression de types qui vont miraculeusement se convertir à votre vision de cette Grande Russie qui occupe vos pensées depuis déjà quelques années.  

Cher président, si ces combattants ukrainiens sont du genre de mon propre père, républicain espagnol combattant le fascisme de Franco puis l’occupant nazi vous devriez rencontrer pas mal de problèmes car ils se battront comme les républicains espagnols le firent en 1936 jusqu’au bout, non pas pour défendre un mode de vie occidental comme vous le soupçonnez mais pour la liberté.

Vous avez contraint des millions d’ukrainiens à prendre les armes, ils sont de fait bien plus nombreux que vos soldats, comment dans ces conditions gagner la guerre ? Il est douteux que vous y parveniez. Ce qui est certain c’est que vous avez déjà perdu la guerre de l’information et de l’image; aux yeux du monde vous êtes devenu un paria dont on se demande par quel mauvais esprit il est habité ou s’il a simplement sombré dans une paranoïa anti-occidentale que la peur du Covid semble avoir encouragée.

Vous invoquiez les casseroles antisémites et l’occidentalisation de l’Ukraine mais voilà : les images de civils bombardés parlent bien plus fort que cette attitude impériale de plus en plus insupportable aux yeux de la communauté internationale.

Tenez-vous tant que cela à jouer le rôle du bad boy de la planète ?

Ajoutons à ce situation bien sombre le rôle que vont jouer vos oligarques privés par les sanctions d’une opulence à laquelle ils avaient pris goût. Ils pourraient bien décider que le problème ce n’est pas l’Occident mais vous. Le tableau s’assombrit un peu plus.

Vous étiez pourtant bien parti, recueillant les suffrages de tous les nationalistes blancs du monde. Vous incarniez le mâle blanc chrétien défenseur des valeurs traditionnelles et pourfendeur des libertés individuelles. Ainsi l’ultra-right américaine – et pas que — qui vous vantait jusqu’à peu.

Ces nationalistes du genre Trump, Bolsonaro, Xi Jin Pin et autres hommes forts qui ne rechignent pas à utiliser la violence pour museler tout mouvement de contestation.

Je ne peux m’empêcher de citer le truculent Steve Bannon poussant les manettes du complotisme outre-atlantique — je ne ne mentionnerai plus ce mot atlantique que vous n’aimez pas, promis — et qui vous donnait en exemple à suivre:  « On the eve of the Russian invasion, former Trump aide Steve Bannon hosted private security head Erik Princ, founder of the Blackwater military contracting group, on his popular War Room podcast. The two men – who are highly influential in Trumpist circles – praised Putin as “anti-woke”. After four years of praise for the Russian leader there’s a large swath of the right that has internalized that message Bannon declared: “Putin ain’t woke.” Attacks on wokeness were also a constant thread running through CPAC, which this year had the official slogan: “Awake not woke.” 

Devin Burghart, The Guardian

“Putin ain’t woke.” Poutine n’est pas woke affirme t-il… oui ça on veut bien le croire et pour une fois notre cher Machiavel des temps modernes n’a pas tord, mais se pourrait-il que des Bannons et autres baratineurs vous aient rendu imperméable aux enseignements du Christ que paradoxalement vous dites suivre ? Car enfin quand vous vous exposez avec le patriarche de Moscou, c’est bien de cela dont il s’agit non ?

Peu importe au fond que vous soyez président de la petite, moyenne, grande ou géante Russie qui occupe tant vos pensées, s’il y a un homme qui aujourd’hui devrait entendre le Christ c’est bien vous. Comme le bon Pape François vous en implore:

 Parlez et négociez avec Zelensky et arrêtez ce massacre de civils !

Et sans vouloir offenser personne votre patriarche Kirill semble un brin has been comparé au bon Pape Francois qui lui contrairement au premier marque des points. Etes-vous certain de ne pas vouloir vous convertir au catholicisme ou au moins au protestantisme ? Ne voyez-vous pas que Kirill vous amène droit dans le mur ?

S’il y a bien en ce Carême 2022 un homme à qui le Christ de toutes les Russies et du monde entier adresse une injonction c’est bien vous:

« Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

Évangile selon St. Matthieu 5 : 23-26

Richard Falo, pasteur

Photo by Nikita Karimov on Unsplash

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :