Risquer l’inconnu en 2020

J’ai trouvé que la santé de Md. Rochat s’était détériorée pendant les fêtes ; Md. Rochat est une des résidentes d’un EMS/EPAD dans lequel j’officie et elle approche les cent ans. 

Elle ne marche plus avec son déambulateur comme à l’automne mais en tenant les mains d’un soignant qui la précède et qui va à reculons. Elle avance avec prudence en faisant glisser ses pieds comme on le faisait dans les maisons bourgeoises chaussés de patins de feutre pour lustrer les parquets.  

Si elle avance avec tant de précautions c’est parce qu’elle a perdu confiance en ses pieds. Elle sait bien qu’une chute pourrait lui être fatale, alors elle ne prend aucun risque et avec d’infinies précautions fait glisser ses pieds l’un après l’autre les gardant toujours bien à plat collés au sol. 

Quand on y réfléchit marcher est un mouvement complexe. Nous ne le considérons pas ainsi tant que nous sommes certains que le pied qui est resté en arrière va venir se poser au bon endroit au bon moment. 

La marche est un état de déséquilibre permanent avec lequel jongle notre cerveau. Pour pouvoir marcher, et non glisser d’un pied à l’autre comme le fait Md. Rochat, il faut avoir foi dans les capacités de notre cerveau qui mécaniquement rééquilibre l’ensemble du corps et empêche notre chute en avant. 

A chaque pas nous penchons vers l’avant et pour ne pas nous retrouver le nez sur le pavé notre pied arrière vient spontanément se positionner là où il faut sans que nous en soyons conscients. Entre le moment où notre poids passe de la plante du pied arrière au talon du pied avant nous sommes en équilibre instable et normalement un petit miracle se produit. 

En passant dans l’an nouveau c’est un peu le même genre de déséquilibre qui s’opère : nous nous penchons en avant vers l’inconnu d’une année nouvelle dont nous ne connaissons ni les contours ni ce dont elle sera faite. De belles et bonnes choses que nous nous souhaitons dans nos vœux mais aussi, en restant réalistes, quelques déboires et déconvenues. 

La mauvaise option serait d’aborder 2020 en restant accrochés à 2019 en y faisant craintivement glisser nos pieds l’un après l’autre à la manière de Md. Rochat.  

Comme on le fait quand nous marchons, pour que 2020 soit une année bénie il nous faudra abandonner la sécurité du passé pour nous risquer aux incertitudes de demain. Abandonner les échecs, peines et déboires de l’an passé qui auraient tendance à nous retenir pour avancer avec confiance vers la nouveauté du lendemain. 

Cela ressemble à une définition de la foi qui est moins l’affirmation d’un credo que la résolution de risquer l’incertitude du lendemain. 

Croire c’est mettre avec aplomb et assurance un pied devant l’autre sans trop savoir avec certitude où cela va nous mener. 

Richard Falo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s