Paix sur la terre. Et c’est pas à bien plaire…

 » Et soudain se joignit à l’ange une troupe nombreuse de l’armée céleste qui louait Dieu en disant: « Gloire à dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre pour les hommes objets de sa compassion. » Evangile selon St. Luc 2: 13,14

« Paix sur la terre » annonceront les anges, et depuis cette sorte d’oracle des Chrétiens prieront pour la paix et en particuliers à Noël. Ce n’est pas vraiment original, toutes les religions prient pour plus de paix.

Les chrétiens prient aussi pour plus de justice sociale et la fin des discriminations, mais toutes les religions en appellent à plus de justice sociale — à part les fanatiques ça va de soi… –.  

Les religions s’accordent sur toute une série de questions, mais Noël dit le caractère unique de la foi chrétienne née dans la vulnérabilité.

Toutes les religions enseignent un ethos, mais seul le christianisme nous parle d’un Dieu né au coeur de la violence du monde. Emmanuel fait son entrée dans le monde dans une modeste étable, au sein d’une famille pauvre, migrante et méprisée et qu’on préfère ne pas voir.

Voilà l’histoire dramatique d’un couple appartenant à un peuple opprimé, vivant dans un pays occupé, poussé sur les routes de l’exil par un décret impérial. 

Il n’y a pas de place pour eux à l’auberge, si bien que celui qui est l’espérance du monde finira par naître en catimini dans une étable. A l’heure où des femmes réfugiées et enceintes meurent noyées en traversant la Manche ou accouchent dans les bois glacés de la frontière biélorusse cela laisse pensif.

Sans vouloir manquer de respect à quiconque on ne peut pas vraiment que cette naissance ait été bien préparée. Par exemple si nous avions dû en Suisse –où j’habite– organiser la naissance du Sauveur cela ne se serait pas passé comme ça… tout aurait été planifié, orchestré et tout imprévu écarté. Il n’y aurait pas eu de surprises ou changements de dernière minute et rien n’aurait été laissé au hasard…

Les choix de Dieu ne sont visiblement pas les nôtres… Alors que faut-il comprendre de ce chaos organisationnel ? Peut être que le Christ a choisi de rejoindre l’existence humaine à l’endroit même des drames, des détresses et des violences subies. Cela me va bien, je n’ai nul besoin d’un Dieu épargné des souffrances et difficultés de la vie.

Revenons en à l’annonce des anges: Paix sur la terre. Ce n’est pas plus vœu pieux que proposition, programme politique ou opinion. C’est un commandement assorti d’une promesse.

Du fait de cette parole, nous ne pourrons plus voter des budgets militaires comme si la guerre n’était qu’une sorte d’évidence avec laquelle on doit bien composer.  

Du fait de cette Parole, nous pouvons dire que les plus pauvres doivent venir en tête de nos agendas politiques.  

Du fait de cette parole nous croyons qu’un jour justice et paix s’embrasseront et qu’elles l’emporteront sur les forces qui nous détruisent.

Parce que la Parole de Dieu s’est faite chair et habite parmi nous, nous pouvons, à Noël, proclamer avec Isaïe :

« Un enfant nous est né, un fils nous est donné ; la justice reposera sur ses épaules ; et il sera appelé : Merveilleux Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. »

Que ta paix Seigneur vienne sur nous et sur notre pauvre terre !

Richard Falo

Rest on the Flight into Egyp, Orazio Gentileschi

Photo by Birmingham Museums Trust on Unsplash

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :