Que fais-tu de ce que tu as reçu ?

Jésus dit à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant et l’on vint lui rapporter que ce gérant gaspillait ses biens.  Le maître l’appela et lui dit : « Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Présente-moi les comptes de ta gestion, car tu ne pourras plus être mon gérant. »  Le gérant se dit en lui-même : « Mon maître va me retirer ma charge. Que faire ? Je ne suis pas assez fort pour travailler la terre et j’aurais honte de mendier.  Ah ! je sais ce que je vais faire ! Et quand j’aurai perdu ma place, des gens me recevront chez eux !»  Il fit alors venir un à un tous ceux qui devaient quelque chose à son maître. Il dit au premier : « Combien dois-tu à mon maître ?» — « Cent tonneaux d’huile d’olive », lui répondit-il. Le gérant lui dit : « Voici ton compte ; vite, assieds-toi et note cinquante. »  Puis il dit à un autre : « Et toi, combien dois-tu ?» — « Cent sacs de blé », répondit-il. Le gérant lui dit : « Voici ton compte ; note quatre-vingts. »  Eh bien, le maître loua le gérant malhonnête d’avoir agi si habilement. En effet, les gens de ce monde sont bien plus habiles dans leurs rapports les uns avec les autres que ceux qui appartiennent à la lumière. » Luc 16:1-13

Cette histoire nous laisse perplexe. Elle suit celle, mieux connue, du fils prodigue. La première nous aide à comprendre la deuxième. 

L’histoire du fils prodigue c’est l’histoire d’un père à qui le fils demande de recevoir sa part d’héritage et qui part la dilapider.

Dans la parabole de ce chapitre 16 on voit un intendant qui dilapide l’argent qui lui est confié. Luc utilise le même mot et c’est ce mot et cette idée de dilapidation ou de gaspillage qui est prétexte à démontrer que Dieu pardonne et est bienveillant. 

Je pense que ces deux paraboles ont le même pouvoir de changer nos vies au-delà de nous raconter que Dieu est bon et qu’il pardonne — ce que nous savons déjà– et c’est ceci :

Pensons aux trésors que Dieu a mis entre nos mains puis demandons-nous ce que nous en faisons.   

Dieu nous a confié un cerveau. Gaspillons-nous notre intelligence à poursuivre la réussite ou cherchons-nous à contribuer à la paix dans le monde ?

Dieu nous a fait don de notre corps. Gaspillons-nous ce cadeau pour flatter notre égo ou l’utilisons-nous pour construire un monde meilleur ?

Dieu nous a fait le don d’un cœur. Gaspillons-nous ce trésor en le livrant à la colère et là a haine ou pour aimer, pardonner et secourir les plus fragiles ?

Dieu nous donne ce trésor d’être en relation, gaspillons-nous ces relations quand nous les tenons pour acquises ou les entretenons-nous ?

Dieu continue de nous confier le trésor de la vie, parfois nous l’utilisons pour être en bénédiction pour notre prochain et parfois nous gaspillons cette opportunité qui s’offre à nous chaque matin.

Richard Falo

Merci à M. Renninger qui m’a orienté vers cette piste interprétative de ces deux paraboles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :